Dragon Abyssal

L’idiacanthus atlanticus, surnommé le dragon des abysses, est un poisson subtropical des grands fonds vivants entre 600 et 2000m de profondeur. Les femelles peuvent atteindre les 40cm de longs, contre 5cm pour les mâles. Cet animal est l’un des seuls capables d’utiliser sa propre bioluminescence afin de s’éclairer dans les grands fonds à la recherche de proies. 

Sur les sols des plaines abyssales on retrouve également des sources hydrothermales issus de l’activité volcanique sous-marine. Des cheminées hydrothermales, fumeurs noirs, s’écoulent des fluides pouvant atteindre les 400°C et qui forment un écosystème pour toutes les espèces vivant de la consommation de matériaux ferreux, soufrés ou azotés. L’exploitation minière dans ces zones encore peu connues pourraient être extrêmement destructeurs pour toutes les colonies de mollusques, archès, vers et bactéries. On retrouve notamment beaucoup de moulières que l’environnement a teinté d’orange. 

Afin de mieux protéger ces milieux il est d’abord nécessaire de bien les comprendre. C’est l’un des rôles de l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la MER (IFREMER), notamment au travers du projet ARGO, qui consiste en un déploiement de balises autonomes capable, au gré des courants, de s’immerger en profondeur pour récupérer de nombreuses informations comme la salinité de l’eau, la turbidité, la température...